Les clauses d'insertion au service des projets ambitieux

La première phase du chantier de reconstruction des maisons de retraite Bonnière et Saint Aldric, dans le centre du Mans, a débuté il y a quelques semaines. Ce projet ambitieux proposera, à l’horizon 2019, 100 chambres, de 20 à 25m2 chacune.
Cette première phase de curage (démolition et nettoyage des éléments intérieurs) a vu intervenir l’entreprise BATISPIRE, située à Chacé, à quelques km au Sud de Saumur, ainsi que l’association PARTAGE, située avenue de Paderborn, au Mans. Ces deux structures oeuvrent l’une comme l’autre à l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi qu’elles font travailler. BATISPIRE a ainsi fait appel à Partage pour venir renforcer l’équipe de manoeuvres sur place. Et ce chantier de démolition a permis à une dizaine de salariés en insertion de démontrer leurs compétences et qualités professionnelles.
Ce projet de reconstruction de 2 maisons de retraite, porté en partenariat entre l’Association Monsieur Vincent et Mancelle d’Habitation, et avec le soutien financier du Département de la Sarthe, de la Ville du Mans et de l’Agence Régionale de Santé, a été élaboré en intégrant des clauses d’insertion. En effet, la totalité des marchés publics de travaux proposés par Mancelle d’habitation comportent une clause intégrant un nombre d’heures de travail réservé à des salariés en parcours d’insertion. C’est ainsi la société OCCAMAT qui a fait appel à BATISPIRE. Les deux structures travaillent ensemble depuis 2011 et favorisent, ensemble, l’accès à l’emploi dans le secteur du bâtiment. Une belle manière de renforcer la visibilité des structures d’insertion comme acteurs économiques à part entière.